Association - Confrérie des saints Anges gardiens

Canoniquement érigée et affiliée à l'Archiconfrérie romaine des Saints-Anges

Extraits de la revue "L'Ange gardien"

Revue L'Ange Gardien 2015

n°1-2015 - janvier-février     n°2-2015 - mars-avril     n°3-2015 - mai-juin
n°4-2015 - juillet-août     n°5-2015 - septembre-octobre     n°6-2015 - novembre-décembre

2015 : n°2 - mars-avril

  Le Sauveur (2)

Jésus nous sauve en écartant de nos cœurs la question : "Que faisait Dieu pendant les tremblements de terre, les tsunamis et autres catastrophes naturelles, pendant les massacres, pendant les génocides ?"
Pourquoi écrire : "Pas un moineau ne tombera au sol sans que votre Père ne l'ait décidé ! " (Mt 10, 29) ? Comme si Dieu décidait de l'heure de notre mort ! Est-ce difficile d'interpréter la traduction (...) par : "sans que votre Père du Ciel soit concerné" ? "Dieu n'a pas inventé la mort", écrivait saint Paul. Mais comme on le voit à Béthanie, devant le tombeau de Lazare, elle le bouleverse.
Jésus nous sauve en nous délivrant du sentiment d'être punis lorsque nous somme éprouvés. Jésus nous sauve en nous donnant la preuve que le dernier mot n'est plus à la mort mais à l'amour ! Et cela change tout !
Être sauvé par le Christ est une expérience personnelle incomparable. On se sentait aliéné, esclave, sous le poids d'une angoisse, d'un mal être. On ne savait pas apprécier les moments de bonheur. On était en proie à une étrange nostalgie ! On regrettait de ne pas être un autre. Jésus ¬souvent à travers l'amitié d'un être humain - nous libère de ce poids. La confession, d'un côté ou l'autre de la grille, pénitent ou prêtre, m'a fait comprendre cela. Comme je rends grâce que le premier mot du Ressuscité à ses apôtres ait été pour inventer ce sacrement ! "Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis." (Jn 20, 22-23). La faute, si grave soit-elle, métamorphosée par le pardon, peut tisser entre Jésus et nous un lien plus fort qu'avant la faute. Simon-Pierre verra disparaître son triple reniement dans un triple "Je t'aime !".
La propension des humains à se pourrir la vie m'a prouvé à quel point le péché n'est pas qu'une simple faiblesse. Le mot "pécher" en hébreu veut dire "passer à côté". Nous passons à côté de nous-même, des autres, de Dieu, de la vie ! Avoir entendu des milliers de confidences d'êtres admirables mais incapables de s'entendre entre eux, signale à l'évidence la grande faille. Nombreux sont les humains qui passent la moitié de leur vie à se chercher des poux dans la tête !...

Stan Rougier, "Pour vous, qui suis-je ?", Mame, 2013.
Extrait de la revue "L'Ange Gardien", mars-avril 2015.


  L'Annonciation

...J'eus la force de dire : "Comment est-ce possible ? Comment s'accomplira cette parole qui, venant de Dieu, ne peut contredire une autre parole que moi j'ai senti venir de Dieu ? Aide-moi à comprendre, pour que je puisse dire ce Oui que Dieu veut de moi."
L'ange me regarda comme s'il s'attendait à mon objection et il me souffla, comme une fleur immaculée, la réponse qu'il avait déjà préparée de la part de Dieu : "L'Esprit Saint surviendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; et c'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu" (Lc 1, 35).
Ces paroles-là ouvrirent devant moi des horizons infinis : il semblait que je me noyais dans un océan immense et, des yeux, je demandais à l'ange de m'aider.
"Que signifiait : "L'Esprit Saint viendra sur toi ?
Que voulait dire : "La puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre"?
L'ange m'enveloppa de lumière et ajouta : "Voici qu'Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile ; car rien n'est impossible de la part de Dieu" (Lc 1, 36-37).
Quoi donc ? Élisabeth sera maman ?
J'avais su que ma cousine désirait ardemment un enfant, mais maintenant l'âge avait passé... Tout rêve de maternité était tombé comme les feuilles en automne.
Et voilà qu'au contraire Élisabeth sera maman !
Aucune parole n'est impossible à Dieu !
Mon cœur fut rempli de joie et, sans hésitation, j'ai dit : "Je suis l'esclave du Seigneur ; qu'il advienne selon ta parole" (Lc 1, 38). (...)
J'étais heureuse d'avoir dit Oui à Dieu et je comprenais que s'ouvrait une nouvelle page dans ma vie et dans la vie de l'humanité.
Pendant que je disais mon Oui, l'ange disparut...

Mgr Angelo Comastri, L'ange m'a dit - Autobiographie de Marie, Salvator, Paris, 2010.
Extrait de la revue "L'Ange Gardien", mars-avril 2015.


  Genèse (3)

J'enviais le garçon Tobie dont la Bible rapporte que l'ange Raphaël le guida à travers les déserts durant un long voyage. Voilà un ange gardien ! Visible, touchable et de bonne société. D'une civilité exemplaire, bien qu'il n'eût révélé son identité qu'au bout de l'aventure. Du moins, Tobie savait-il en fin de compte à qui il avait eu affaire. En serait-il ainsi pour moi et saurai-je à la fin le nom de mon protecteur ? Rien de moins assuré.
En toute hypothèse, cette perspective lointaine demeurait étrangère à mon esprit d'enfant et la question du recours au bon ange restait entière. Assurément, le garçon Tobie avait un nom à sa disposition pour appeler son compagnon de route. Cela relevait de l'évidence. L'histoire du poisson monstrueux le confirmait. Dans le danger, Tobie avait crié à l'aide et son guide avait merveilleusement répondu... Mais moi, qui aurai-je pu nommer, s'il m'était arrivé pareille infortune ? J'en revenais toujours à ce point qu'un inconnu "qui me voulait du bien" me suivait en toute occasion ; mais qu'il m'était impossible de communiquer avec lui par les sens. Une sorte de parrain pour mémoire, aussi insoucieux de remplir ses obligations envers moi que l'autre. Encore devais-je à la vérité de reconnaître que mon parrain terrestre me procurait, de loin en loin, la joie d'un cadeau !
A ce moment-là, mon Ange, je n'obtenais aucun signe de vous. Pas la moindre faveur. Pas le plus petit souvenir à conserver au fond de la poche, à côté de l'agate ou de la médaille du scapulaire cousue par ma mère dans la doublure de ma veste. Admirable retenue ! Je n'en eus le soupçon que plus tard, alors que, fatigué de trop de sociétés, j'en vins à goûter le silence comme la marque de l'estime et la pierre de touche de l'amitié.
Pourtant, pourtant, comme je vous aimais, dans ces temps-là ! Je n'allais pas au-delà de mon ombre ; mais l'éternité commençait à deux pas de ma personne. Je n'avais qu'à étendre la main, j'attrapais un pan de mystère. Ce qui restait hors de ma portée devenait formidable. Les grandes personnes tissaient autour de moi leur mythologie...

Yves-Marie Rudel, Dialogues avec l'ange gardien, Éditions Fleurus, 1958.
Extrait de la revue "L'Ange Gardien", mars-avril 2015.


  Notre cher Ange gardien (2)

Il existe un lien entre la sainteté et l'intelligence : plus mon cœur est libre, plus il est saint et plongé dans la vie de Dieu, plus je deviens intelligent, plus je deviens lucide, et je perçois les choses telles qu'elles sont. En nous qui sommes limités par la matière, par nos passions, l'ange peut fortifier la volonté. Lorsque j'ai un choix important à faire, il faut prier mon ange gardien : lui qui est bienheureux, et dont le choix est irrévocable, il a toutes possibilités pour éveiller mon intelligence, l'éclairer, l'ouvrir à l'éternité, l'amour infini de Dieu. Il suffit d'un petit accord de ma volonté, demandant que le monde spirituel m'aide, et des miracles se passent, d'une manière très subtile et délicate.
Quand nous sommes devant le Saint Sacrement, il y a des milliards d'anges qui sont là présents et louent le Seigneur avec moi, et ma louange peut devenir leur joie. Si nous somme distraits, nous pouvons avoir recours aux anges, qui sont les adorateurs parfaits et qui peuvent nous aider.
Si les anges pouvaient nous envier quelque chose, c'est le fait de pouvoir communier au Corps de Dieu. Ils le contemplent, le voient face à face, mais ne peuvent pas manger le Corps du Christ. Si vous voulez faire un très grand cadeau à votre ange gardien, invitez-le, au moment où vous communiez, à partager cette communion avec lui : vous la recevrez mieux, et ce sera une très grande joie pour lui.
L'ange nous aide à mieux prier, et à mieux vivre en général : les anges luttent pour élargir notre existence, enfermée dans la matière. Le démon, lui, va nous présenter beaucoup d'images concernant notre bonheur matériel pour nous y enchaîner, nous plonger dans tout ce qui est matériel et ainsi, il nous ferme. L'ange au contraire nous ouvre vers l'éternité et la vie de Dieu. Il fait grandir en nous la confiance en la Providence, il nous aide à nous y plonger, alors que nos propres sentiments nous tuent : l'amertume, le chagrin, la tristesse peuvent abîmer complètement ma vie spirituelle, alors que d'un mal, Dieu peut tirer un bien. (...)
La grande mission de l'ange gardien est de préparer la rencontre de l'âme avec Dieu...

P. Krzystof Dziech, D'après un enseignement donné à la Fraternité de Marie Reine Immaculée de Bois le Roi (77).
Extrait de la revue "L'Ange Gardien", mars-avril 2015.


  La réconciliation

Je te souhaite l'ange de la réconciliation. La réconciliation, c'est d'abord se réconcilier avec soi-même, être en accord avec soi-même, avec ce que l'on est devenu, abolir la fissure qui s'est créée entre l'image idéale que l'on s'est faite de soi et la réalité. Car des gens non réconciliés avec eux-mêmes transmettent leur scission intérieure à ceux qui les entourent, rendent l'atmosphère pesante, confirment et renforcent les préjugés que leur inspirent ceux qui pensent où ne vivent pas comme eux, et finissent par exercer de la violence contre ce qui leur paraît étranger.
Puisse l'ange de la réconciliation faire de toi un levain de réconciliation pour notre monde. Si ta parole est conciliée et conciliante, la réconciliation finira par émaner de toi, les autres se sentiront acceptés par toi et tu deviendras le grain de sénevé de l'espoir et de la réconciliation.

- va au-devant des autres -

Nul d'entre nous ne vit pour lui seul. Nous sommes tous dépendants les uns des autres, et particulièrement dans les moments difficiles. Je souhaite que l'ange de la solidarité anime ton âme si tu te trouves à côté de quelqu'un qui a besoin d'aide. Puisse-t-il te faire prendre conscience que nous avons tous une même origine, que nous sommes tous nés de Dieu, tous des enfants de Dieu.
Je souhaite que l'ange t'ouvre les yeux et t'engage à franchir les obstacles pour aller vers les autres. Mais je souhaite aussi qu'un ange de la solidarité te vienne en aide si tu es démuni toi-même, que quelqu'un ait le courage d'intervenir si tu es agressé.
Puisse l'ange faire naître en toi le sentiment que ton bien-être est lié à celui des autres. Seul celui qui est solidaire et se laisse guider par l'ange de la solidarité sait ce qu'est une communauté, sait ce que signifie l'appartenance à la société humaine...

Anselm Grün, o. s. b., Le petit livre des anges, Salvator, 2010.
Extrait de la revue "L'Ange Gardien", mars-avril 2015.


  Dans la liturgie (3)

Au Canon de la messe, dans la grande Prière eucharistique, le prêtre présente l'offrande de la vie éternelle et la coupe du salut, en ces termes :
"Nous t'en supplions, Dieu tout-puissant : que cette offrande soit portée par ton ange en présence de ta gloire, sur ton autel céleste."
La liturgie parle aussi de l'Eucharistie comme du "pain des anges... le pain des enfants de Dieu". Et que dire de leur joie après la Résurrection ? :
"Exultez de joie, multitude des anges, exultez, serviteurs de Dieu, sonnez cette heure triomphale !"
Cela nous ouvre des perspectives nouvelles qui nous rendent plus présents au monde des anges. Le calendrier, qui marque les grands temps liturgiques de l'année, nous rappelle que les anges accompagnent la commémoration de ces fêtes qui célèbrent la vie du Christ. Le temps de l'Avent nous fait attendre celui de la Parousie ; le Carême, la Résurrection et l'Ascension anticipent déjà le moment où "le Seigneur Jésus se révélera du haut du ciel, avec les anges de la puissance, au milieu d'une flamme brûlante".
A la fête des anges gardiens, le 2 octobre, nous trouvons, dans la louange proposée, le projet de Dieu, sa mystérieuse Providence, les attributs de ces anges, leurs fonctions, la transcendance qu'ils nous font découvrir :
"Nous te louons, Dieu Créateur,
Pour les anges, fils de ta Lumière :
Ils contemplent sans fin ta Gloire.
Nous te louons, Dieu vivant,
Pour les messagers de ta parole :
Ils annoncent le vrai soleil
Dans la nuit des hommes.
Nous te louons, Dieu très haut,
Pour les ouvriers de ton désir :
Ils t'offrent chaque jour nos prières.
Nous te louons, Dieu très saint,
Pour les anges, nos compagnons :
Ils nous guident vers ton Royaume..."

Nicole Timbal, Les Anges, messagers de lumière, Éditions des Béatitudes.
Extrait de la revue "L'Ange Gardien", mars-avril 2015.


  9 mars - Sainte Françoise Romaine

Françoise vient de livrer en otage son fils de 5 ans, alors que, dans l'anarchie romaine de 1409 successive au Grand Schisme d'Occident, son époux Lorenzo est emprisonné pour avoir défendu l'Église. Réfugiée dans l'église de l'Ara Caeli, prosternée devant l'image de la Vierge, elle entend : "Ne crains rien, je suis ici pour te protéger". À deux pas, sur la place du Capitole, le cheval sur lequel le ravisseur a chargé l'enfant refuse obstinément d'avancer... On rapporte l'enfant à sa mère qui n'a pas quitté l'église !
De retour dans leur noble et riche demeure, Françoise continue, avec sa belle-sœur, de s'occuper des malades, des pauvres et des affligés, malgré les famines, les invasions et la peste. Témoin des merveilles dont son action est pavée, Lorenzo permet à son épouse, mère attentive et bonne maîtresse de maison, de simplifier la vie de la maisonnée. Les époux font preuve de grande tendresse et compréhension mutuelle ; ensemble, ils porteront les deuils de cinq de leurs six enfants. Miracles et révélations divines sont l'ordinaire de Françoise. Cette grande mystique du 15e siècle décrit aussi la présence continuelle d'un ange de lumière à ses côtés : semblable à un enfant de 9 ans, vêtu d'une aube blanche et, par-dessus, d'une dalmatique, tantôt de neige, tantôt d'azur, ou bien de feu. Visible pour elle seule, cet ange ne la quitte jamais ; il l'inspire, la guide, la console, la corrige, la protège.
Veuve, elle se retire à 48 ans chez les Oblates de Marie, rattachées aux Bénédictins olivétains, association qu'elle a créée pour les patriciennes désireuses de s'adonner ensemble à la prière et à l'apostolat tout en demeurant dans le monde. Elle meurt quatre ans plus tard, en 1440.
Françoise dite "la Romaine" est très aimée de ses concitoyens. Le jour de sa fête, sur le Forum, en la basilique éponyme où elle repose, une célébration solennelle est suivie de la traditionnelle bénédiction des véhicules de secours.
Pie XII, en 1925, l'a proclamée patronne des automobilistes du fait de sa familiarité avec son ange gardien, qui lui apparaissait en chemin, la défendait des dangers, et la nuit, éclairait sa route.

Marie-Christine Lafon, "Famille Chrétienne", n°1625.
Extrait de la revue "L'Ange Gardien", mars-avril 2015.

Et beaucoup, beaucoup d'autres articles et rubriques...!


Mentions légales       © L'Ange gardien 2014-2017. Tous droits réservés.